Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fédération des Landes du Parti Radical de Gauche

Publié depuis Overblog

19 Mars 2015 , Rédigé par PRG Landes

Le département doit être au centre du débat

mar, 03/17/2015 - 11:37

A l’inverse des responsables politiques nationaux, les candidats font campagne sur des thèmes locaux. Normal ! Le département est, avec la commune, l’échelon de proximité qui concerne le plus la vie quotidienne des Français. Surtout en milieu rural. C’est pour cette raison que les radicaux de gauche, et notamment Jean-Michel Baylet, se sont battus pour que cette collectivité soit maintenue dans la vaste réforme territoriale lancée par le gouvernement. C’est aussi pour cela qu’elle doit être placée au centre de la campagne électorale. Car les départements assument une mission de solidarité primordiale. La loi du 27 janvier 2014 les désigne comme «chefs de file» dans le domaine de l’action sociale, qui représente près de 50 % de leurs dépenses. Ils gèrent notamment le revenu de solidarité active (RSA) et l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) versée aux personnes âgées en perte d’autonomie. Dans le domaine sanitaire, ils prennent en charge la protection maternelle et infantile (PMI), le soutien aux familles en difficulté, l’hébergement et l’insertion sociale des personnes handicapées, ou encore la création et la gestion de maisons de retraite. Ils peuvent exercer des activités en matière de vaccination. En ce qui concerne l’éducation, le département joue également un rôle important. Il assure la construction, l’équipement et l’entretien des collèges. La gestion de la voirie est également de son ressort. Toutes ces compétences ne devraient pas être modifiées par la loi sur l’organisation territoriale actuellement examinée au Parlement et qui sera votée au printemps. Enfin, ces élections départementales vont modifier le visage des nouvelles assemblées. D’abord parce que de nombreux conseillers généraux ne se représentent pas et vont donc laisser la place à du sang neuf. Ensuite parce que ce scrutin comporte une innovation de taille : le binôme homme-femme qui impose une stricte parité. Certes celle-ci est inscrite dans la loi, et les partis doivent présenter une alternance d’hommes et de femmes sur les listes des autres scrutins. Mais, de fait, elle n’a jamais été totalement respectée car elle a souvent mis en priorité les hommes en position éligible. Pour les législatives, certains partis préfèrent être pénalisés plutôt que de présenter un nombre important de femmes. Dans les conseils généraux, qui s’appelleront désormais conseils départementaux, on comptait seulement 18 % de femmes, une faible proportion qui en faisait l’assemblée la moins féminisée. Cette innovation que constitue la parité intégrale modernisera une institution qui, contre vents et marées, entend bien continuer à démontrer sa pertinence malgré les procès qui lui sont faits régulièrement. De quoi peut-être inciter, dans les derniers jours de campagne, les responsables politiques à s’extraire de la stratosphère des débats nationaux pour se pencher sur les réalités de la vie quotidienne de leurs concitoyens.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article