Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fédération des Landes du Parti Radical de Gauche

Communiqué du Conseil local Montois de la FCPE : Enseignement public : Vers le minimum obligatoire ?

26 Mars 2008 , Rédigé par Jean-Philippe Guerini Publié dans #Les Communiqués






Enseignement public :  Vers le minimum obligatoire ?

Sur le fond

Une offre appauvrie

Le Recteur affiche un plan ambitieux depuis la rentrée 2005 pour renforcer et rénover l'enseignement des langues vivantes au sein des écoles,
La mauvaise maîtrise des langues étrangères par les générations d'élèves est régulièrement déplorée
pourtant

sur l'agglomération montoise, depuis plusieurs années, les unes après les autres, les possibilités d'apprendre l'allemand, l'italien le russe sont supprimées.

Conséquence

Dans l'académie de Bordeaux, il existe huit lycées aquitains qui ne proposent plus que l'anglais comme LV1 dont deux dans la même zone d'animation pédagogique (ZAP) : le lycée Charles DESPIAU (Mt de Marsan) et le lycée Gaston CRAMPE (Aire) alors que l'on pourrait attendre du rectorat une gestion de la carte des options et langues qui prenne en compte la dimension territoriale.

La filière L une nouvelle fois fragilisée

La filière « L » est très fortement pénalisée par ces fermetures d'enseignements complémentaires alors qu'une politique déterminée pour rendre l'attractivité à  cette filière litteraire-langues à côté des filières sciences économiques et scientifiques serait nécessaire.
La filière littéraire se décompose en trois profils : profil lettres classiques, profil langues étrangères et profil maths (enseignement supérieur socio, psycho...).

Après la fermeture des enseignements « math renforcé », italien et russe, il est clair que de moins en moins d'élèves opteront pour la filière  L à Despiau.

Note :

À Despîau, il n'existe déjà plus qu'une classe de 1ère L à côté de quatre 1er S, deux 1ère ES, deux 1ère ST2S et trois 1ère STG

Va t-on vers un format minimum et standard ? A charge ensuite aux familles de compléter le « tronc commun minimum »  à ses propres frais ?
Ce n'est pas notre conception de l'éducation publique. Amener les élèves vers la réussite suppose une offre de formation diversifiée dans les collèges et lycées publics.

Sur la forme

Un procédé nouveau et inacceptable

La FCPE tient à souligner un fait nouveau : la fermeture brutale de deux LV3.

Les décisions de fermeture sont prises par Le Recteur sans consultation préalable de l'avis des établissements concernés.
En décidant de fermer les LV3 italien et russe pour les trois niveaux (de la seconde à la terminale), le Recteur rompt unilatéralement un principe de continuité pédagogique qui a toujours été respecté jusqu'à présent. Ce principe consiste à permettre à un élève qui a commencé un enseignement de le poursuivre jusqu'au terme de son cycle d'études.
Ici ce n'est pas le cas.

Les élèves qui veulent poursuivre l'apprentissage de l'italien commencé au lycée Despiau devront aller au lycée Duruy.

Les élèves qui veulent poursuivre l'enseignement du russe commencé au lycée Despiau devront quitter le département des Landes et demander leur scolarisation à Bordeaux (Camille Jullian) ou à Bayonne (Lycée René Cassin).

Officiellement aucune consigne de rupture du principe de continuité pédagogique n'a été donnée par le Ministère de l'éducation nationale (source FCPE).

Les élèves et leurs familles sont pénalisés par cette situation. Ils devront soit changer de lycée pour poursuivre l'enseignement commencé, soit y renoncer.

Il serait hypocrite de proposer ensuite à ces familles de recourir au CNED (enseignement à distance) pour pallier la fermeture brutale de ces deux LV3.
La FCPE souligne que l'enseignement par le CNED suppose une motivation et autonomie dans le travail que n'ont pas forcément acquises tous les élèves. On peut aussi s'interroger sur l'intérêt de la forme enseignement à distance pour des langues vivantes.
Enfin, le CNED n'est pas gratuit.

Des enseignants en sous-service

La conséquence de cette décision est que pendant que des élèves ne pourront poursuivre l'italien à Despiau, un enseignant de cette matière sera en sous-service à Duruy !!!

C'est cette situation aberrante qui existe déjà à Duruy. Les élèves ne peuvent poursuivre l'apprentissage de l'allemand en LV1. Ils ont dû s'inscrire au CNED (financé à titre exceptionnel par l'établissement). Pourtant sur cette cité scolaire, un professeur d'allemand est en sous-service. L'établissement lui a toutefois octroyé quelques heures pour faire du soutien auprès de ces élèves.

Certes pour le Russe, le professeur étant contractuel, le Ministère réalise une économie immédiate.

Historique des fermetures de langues vivantes et enseignements complémentaires

En collège

Collège Victor Duruy : fermeture progressive de l’allemand en LV1 depuis la rentrée 2007

En parallèle, l’allemand LV1 est ouvert au collège privé de Mont de Marsan!!!

En lycée

Lycée Charles Despiau :

fermeture progressive de l’espagnol LV1 depuis plusieurs années,
fermeture progressive de l’allemand LV3 depuis la rentrée 2004,
fermeture de l’enseignement de spécialité « mathématiques » depuis la rentrée 2007,
fermeture brutale du russe LV3,
fermeture brutale de l’italien LV3.

Les actions de la FCPE

Mars 2007 :

la FCPE vote contre la répartition la DGH proposée. Les votes contre sont majoritaires au lycée Despiau : 12 contre, 6 pour, 5 abstentions.

16 janvier 2008 : Courrier de la FCPE des lycées Despiau et Duruy sur la fermeture de l’italien et du russe. Dans sa réponse du 5 février, le Recteur maintient sa décision de fermeture brutale sous prétexte de « favoriser la réussite du plus grand nombre ».

28 février 2008 : Deuxième courrier au recteur sur les conditions d’apprentissage de l’allemand,

Fin février : Intervention du député Alain Vidalies auprès du Recteur suite à la saisine de la FCPE,

Pétition lancée le 15 février avec présence de militants FCPE le 18 février, à la sortie des réunions de parents d’élèves de seconde, pour faire signer.

Des lycéens se sont spontanément impliqués pour faire signer cette pétition. Nombre de signatures : 423 signatures au lycée DESPIAU.

11 mars 2008 : Progression des votes contre la répartition de la DGH proposée au lycée Despiau.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article