Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fédération des Landes du Parti Radical de Gauche

Enseignants et lycéens manifestent contre les suppressions de postes.

15 Mai 2008 , Rédigé par Jean-Philippe Guerini Publié dans #prglandes.org






Enseignants et lycéens sont appelés à manifester et à faire grève jeudi, comme l'ensemble des fonctionnaires, pour dénoncer la "politique de démantèlement" du service public et les dizaines de milliers de suppressions de postes prévues par le gouvernement en 2008-2009.


Environ deux instituteurs sur trois seront en grève, selon les syndicats du primaire et un enseignant sur deux dans les collèges et lycées, selon le SE-Unsa.

Les fonctionnaires de la culture, des douanes, des finances, de l'équipement, des hôpitaux et des collectivités territoriales devraient être également "très mobilisés", selon la CGT fonctionnaires.

Des appels à la grève ont aussi été lancés à La Poste, France Télécom, à l'ANPE ou encore à France 3. Des perturbations sont "possibles" dans le trafic aérien.

Plus d'une centaine de manifestations sont prévues partout en France. A Paris, le cortège partira à 14H00 de la place d'Italie vers la place de la République.

Des parents d'élèves devraient aussi être mobilisés, à l'appel de la FCPE, première fédération du public.

Premier motif de protestation: les 22.900 suppressions de postes, dont 11.200 dans l'enseignement (8.830 dans le public) inscrites au budget 2008, alors que 35.000 sont déjà annoncées pour 2009. Sur ce point, Xavier Darcos (Education) a réaffirmé mercredi qu'il n'était pas question de "revenir" sur les suppressions d'emplois prévues.

Dans le primaire, les syndicats dénoncent les nouveaux programmes prévus pour la rentrée, un "recul didactique et pédagogique" selon eux. Autre sujet de mécontentement: le projet de loi sur la mobilité des fonctionnaires vu par les syndicats comme une "attaque" contre leur "statut".

Le gouvernement expérimentera pour la deuxième fois le service minimum d'accueil (SMA) dans les écoles, qui consiste à rémunérer des agents municipaux pour qu'ils gardent les enfants les jours de grève, grâce aux retenues sur salaires des grévistes. 2.837 communes ont signé des conventions pour organiser ce dispositif qui se heurte à l'opposition des syndicats ainsi que de nombreux élus, pas seulement de gauche.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article