Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fédération des Landes du Parti Radical de Gauche

« Il faut au moins un élu PRG par département »

21 Septembre 2009 , Rédigé par PRG Landes



Les absents ont eu tort. Une fois de plus. C'est sur la place de l'Hôtel de ville de Fleurance qu'il fallait être hier après-midi. Surtout si l'on aspire à un fauteuil dans l'hémicycle régional de Midi-Pyrénées.

Jean-Louis Guilhaumon, le vice-président sortant chargé de la culture avait une excuse en béton. Il est au Brésil pour y offrir son savoir-faire d'organisateur de festival de jazz. Les autres socialistes étaient là. Le député et président du Conseil général Philippe Martin, évidemment, mais aussi les conseillers régionaux sortants, Élisabeth Mitterrand et Gérard Malhomme.

« Aider Martin Malvy »

La députée Gisèle Biémouret et le maire d'Auch Franck Montaugé n'ont pas manqué le rendez-vous. Celui proposé par Jean-Michel Baylet, patron de « La Dépêche du midi », venu, en cette année anniversaire de sa naissance, célébrer la visite à Fleurance du journaliste et philosophe Jean Jaurès
, le 8 avril 1894. Un patron de presse par ailleurs président du Parti radical de gauche...

De là à dire que cette journée souvenir était aussi une excellente occasion de rencontre entre part
enaires politiques à quelques mois des Régionales, il n'y a qu'un pas difficile à ne pas engager.

« Depuis longtemps j'ai dit que le PRG fera tout pour aider Martin Malvy à conserver la présidence de la Région, nous a confié le président des Radicaux avant de quitter Fleurance. Il nous faut un élu PRG par département, voire deux. »

La vérité à dire

Le PS est prévenu, le PRG sera ferme dans la négociation. Raymond Vall, le sénateur maire de Fleurance glisse pour sa part, « nous n'avons jamais été au-delà de la troisième place sur la liste... » A bon entendeur salut. Plus tôt dans l'après-midi, Philippe Martin a lancé aux militants socialistes cette phrase sibylline : « Et que cette terre du Gers sur laquelle j'ai choisi de vivre, cette terre du Gers que j'ai choisi de servir, je ne la quitterai -si la santé ne me fait défaut- que bien après que certains commentateurs trop pressés l'auront quitté. »

A son arrivée Jean-Michel Baylet a, quant à lui, salué « son collègue et ami », « le formidable sénateur Raymond Vall ». Un président du PRG gersois qui défendra becs et ongles la place des Radicaux. Le patron du PRG, en fin politique, n'oubliait pas son « ami parlementaire, Philippe Martin. » Le temps des transactions n'est plus loin.

Dans cette ambiance d'hommage à Jaurès, chacun s'en est allé, méditant sur cette phrase du « premier mort de l'été 1914 » qui trône désormais sous la halle fleurantine : « Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. »


Source : Journal Sud Ouest

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article