Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fédération des Landes du Parti Radical de Gauche

Communiqué sur la Gendarmerie

28 Février 2010 , Rédigé par PRG Landes



Fédération des Landes du Parti Radical de GaucheCOMMUNIQUE DE PRESSE


Députés PRG et apparentés : la pétition nationale sur les effectifs de la gendarmerie, plus urgente que jamais


Les députés radicaux de gauche (PRG) et apparentés s'inquiètent de l'irresponsabilité du Gouvernement quant à la suppression annoncée de 2500 postes de gendarmes au cours des deux prochaines années.

Cette décision est manifestement contradictoire avec le discours sécuritaire du Gouvernement et, surtout, avec la réalité vécue sur le terrain, notamment en milieu rural. Depuis 2002, les violences aux personnes ont augmenté de 14 % et les violences physiques gratuites de 50 %.

La logique de la dite « révision générale des politiques publiques » et la surenchère de mesures sécuritaires cosmétiques sont toutes deux contraires au nécessaire renforcement des moyens humains de la gendarmerie, seul à même d'assurer une réelle sécurité aux Français.

Hier encore, lors des questions d'actualité, le Gouvernement a refusé de parler des effectifs de la gendarmerie dans sa réponse à la question de leur collègue socialiste Guy Delcourt sur les suppressions de postes dans la fonction publique.

La mobilisation générale est donc urgente afin que le Gouvernement prenne véritablement conscience de l'opposition populaire à ce désengagement programmé de la gendarmerie nationale dans les territoires.

Les députés PRG et apparentés tiennent en outre à rappeler et soutenir la pétition nationale lancée par le Parti Radical de Gauche sur cette question essentielle pour la sécurité de leurs concitoyens, sur l'ensemble du territoire national.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Françoise 28/02/2010 11:20


Une pétition contre les suppressions de postes dans l'éducation nationale : professeurs, surveillants, infirmiers... ?
L'éducation doit être privilégiée et non la repression.