Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fédération des Landes du Parti Radical de Gauche

Cumul : Aubry recule pour préserver le consensus au PS

9 Juin 2010 , Rédigé par PRG Landes


Fédération des Landes du Parti Radical de GaucheLes parlementaires qui dirigent un exécutif local disposeront d'un sursis jusqu'à la présidentielle.

Le brouhaha n'a pas cessé tout le long de son intervention. Le discours de Martine Aubry était attendu par les socialistes : ils l'ont commenté au fur et à mesure. La salle de la Mutualité était comble mardi pour le conseil national consacré à la rénovation du PS. Jusqu'au dernier moment, la première secrétaire a tenu sur deux fronts majeurs : le non-cumul des mandats et l'organisation des primaires de désignation du candidat à la présidentielle. Pour obtenir un consensus sur les propositions qui seront soumises au vote des militants le 24 juin, elle a dû transiger.

Martine Aubry voulait faire appliquer le non-cumul des mandats dès les prochaines élections sénatoriales en septembre 2011, en dehors de toute loi. Face à la protestation des élus qui craignent de se retrouver désarmés face à la droite, elle a consenti à un compromis, même si la numéro un du PS l'enrobe pour ne pas avoir l'air de reculer. «J'ai bien entendu les critiques et les remarques. Mais je ne suis pas convaincue par ceux qui disent que nous irions vers un désarmement unilatéral», a-t-elle commencé, déclenchant une salve d'applaudissements dans la salle, chez les partisans du non-cumul.

Rendez-vous en 2012
 

«Mais j'ai été sensible à la situation de certains sénateurs qui m'ont f ait part de leurs difficultés», a-t-elle poursuivi. Un grondement de satisfaction court dans une autre partie de la salle. «Il y a eu des exemples présentés de manière très organisée et de manière très convaincante», admet-elle. «Je propose (à ces sénateurs) s'ils le souhaitent de rester à la tête de leur exécutif jusque septembre 2012.» Le bruit de fond reprend de plus belle, tandis qu'elle termine en rappelant la né cessité à ses yeux d'avoir «un parti exemplaire».

En renvoyant l'application ferme du non-cumul des mandats au lendem
2010-06-09Aubryain de la présidentielle, elle fait dépendre sa réalité de la victoire du PS en 2012. Finaleme nt, Martine Aubry se rapproche de la proposition défendue par les présidents des groupes parlementaires Jean-Marc Ayrault et Jean-Pierre Bel : ils suggéraient que le candidat du PS à la présidentielle s'engage dans son programme à faire voter une loi interdisant le cumul.

Dans les couloirs, les proches de la première secrétaire tentent d'expliquer que Martine Aubry n'a pas reculé : «On est dans la pédagogie de la mise en œuvre», explique le secrétaire national aux élections Christophe Borgel. Le bras droit d'Aubry, François Lamy précise par ailleurs que les sénateurs concernés par le cumul ne sont que quelques-uns. En face, les partisans du cumul essaient d'avoir la victoire modeste. «La première secrétaire a entendu la voix de la sagesse», estime le sénateur maire de Dijon François Rebsamen. À la tribune, l'ancien premier secrétaire François Hollande, qui prononce son discours dans un silence quasi total, se fait applaudir en défendant les élus. «Je ne supporte pas ce discours où on parle de barons, de notables, de privilégiés. D'où tiennent-ils leur légitimité ? Des électeurs qui ne se sont pas trompés !»

Ayant obtenu gain de cause sur le cumul, les opposants de Martine Aubry ont accepté de céder sur la question du calendrier des primaires. Même si François Hollande a réitéré ses critiques sur les dates retenues, lui et ses proches ne sont pas montés au front pour déposer des amendements au texte proposé par la direction. Les primaires auront donc lieu «à l'automne 2011». Le dépôt des candidatures «sera ouvert au mois de juin 2011».

Une formule de compromis a permis à toutes les sensibilités du PS de se retrouver : «Un bureau national, en janvier 2011, fixera le calendrier définitif.» Les partisans de François Hollande en tirent une conclusion : si Dominique Strauss-Kahn renonçait à se présenter, le calendrier, établi pour faciliter son éventuel retour du FMI, pourrait être revu.

Dernier sujet validé par le conseil national : la tenue au printemps 2011 d'une convention sur le projet. Pour Martine Aubry, il s'agit d'établir un socle pour le projet du futur candidat.

 

Source: Le figaro

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article