Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fédération des Landes du Parti Radical de Gauche

Articles avec #municipales tag

Christine Dardy confirmée comme Maire PRG de Saint Martin de Seignanx.

5 Juin 2008 , Rédigé par Jean-Philippe Guerini Publié dans #Municipales




Le Tribunal Administratif de Pau a rendu son verdict ce matin ; Christine Dardy est confirmée dans son mandat de Maire PRG de Saint Martin de Seignanx et lavée de toute suspicion d’irrégularité.

Après une campagne difficile, où une liste socialiste dissidente - menée par Martine Hontabat, qui fut exclue du Parti Socialiste à cette occasion – arriva en dernière position et où des tracts anonymes diffamatoires furent déposés dans les boites aux lettres ; Madame le Maire sortant Radical de Gauche fut réélu avec plus de 38 % des suffrages.

Cette dernière tentative du candidat « divers droites » Denis Sève pour déstabiliser Christine Dardy et ses colistiers trouve ici sa juste conclusion ; les magistrats du Tribunal Administratif ne s’y sont pas trompés.

 

Lire la suite

35 villes de plus de 3 000 habitants conquises par le Parti Radical de Gauche aux dernières élections Municipales

26 Mars 2008 , Rédigé par Jean-Philippe Guerini Publié dans #Municipales


35 Villes  conquises par le Parti Radical de Gauche :

02 AISNE : CHÂTEAU THIERRY : Jacques KRABAL
 

03 ALLIER : LAPALISSE : Jacques DE CHABANNES

05 HAUTES ALPES : GAP : Roger DIDIER

05 HAUTES ALPES : L'ARGENTIERE LA BESSEE : Joël GIRAUD

09 ARIEGE : TARASCON : Alain SUTRA

14 CALVADOS : MOULT : Alain TOURRET

17 CHARENTE MARITIME : ANGOULINS : Marie Claude BRIDONNEAU

17 CHARENTE MARITIME : DOMPIERRE : Michel Martial DURIEUX
 

17 CHARENTE MARITIME : NIEUL SUR MER : Henri LAMBERT 1

7 CHARENTE MARITIME : PERIGNY : Guy DENIER

17 CHARENTE MARITIME : PUILBOREAU: Jacques PROUST

2B HAUTE CORSE : BASTIA : Emile ZUCCARELLI

2A CORSE DU SUD : PROPRIANO : Paul Marie BARTOLI

21 COTE D'OR : GENLIS : Noël BERNARD
 
21 COTE D'OR : VENAREY LES LAUMES : Patrick MOLINOZ

27 EURE : LOUVIERS : Franck MARTIN

28 EURE ET LOIR : LUCE : Emmanuel LECOMTE

28 EURE ET LOIR : NOGENT LE ROTROU : François HUWART

28 EURE ET LOIR : SAINT REMY SUR AVRE : Patrick RIEHL

31 HAUTE GARONNE : BLAGNAC : Bernard KELLER

31 HAUTE GARONNE : CUGNAUX : Philippe GUERIN

31 HAUTE GARONNE : MONDONVILLE : Edmond DESCLAUX

32 GERS : FLEURANCE : Raymond VALL

40 LANDES : SAINT MARTIN DE SEIGNANX : Christine DARDY

42 LOIRE : BOEN : Lucien MOULLIER

59 NORD : BOURBOURG : Francis BASSEMON

59 NORD : LOON PLAGE : Eric ROMMEL

62 PAS DE CALAIS : VITRY EN ARTOIS : Pierre GEORGET

70 HAUTE SAONE : CHAMPAGNEY : Gérard POIVEY

76 SEINE MARITIME : BARENTIN : Michel BENTOT

78 YVELINES : CARRIERES SOUS POISSY : Eddie AÏT

82 TARN ET GARONNE : BEAUMONT DE LOMAGNE : Jean Luc DEPRINCE

82 TARN ET GARONNE : VERDUN SUR GARONNE : Denis ROGER

82 TARN ET GARONNE : VALENCE D'AGEN : Jacques BOUSQUET

89 YONNE : SENS : Daniel PARIS
Lire la suite

La déferlante PS fait du Parti socialiste le grand vainqueur du scrutin

19 Mars 2008 , Rédigé par Jean-Philippe Guerini Publié dans #Municipales



undefinedundefinedundefined







undefinedDans la déferlante de la gauche aux municipales, c'est la vague rose du PS qui semble avoir été déterminante. Le PS ravit à la droite une bonne trentaine de villes de plus de 30 000 habitants, 44 de plus de 20 000 habitants) et emporte au moins huit nouveaux conseils généraux, à confirmer lors de l'élection des Présidents. Le parti gère également 24 régions sur 26 : « La plus belle implantation territoriale de son histoire », souligne le député Pierre Moscovici.

Fort de ces succès, François Hollande, premier secrétaire du PS a parlé d'un « échec cinglant « de Nicolas Sarkozy, arguant qu'il n'y a « aucun précédent d'une telle défaite ». Dans la foulée, le futur président du conseil général de la Corrèze a renforcé sa stature nationale en réclamant « un remaniement » de la politique de Nicolas Sarkozy et de sa « politique ». On est déjà là dans les préoccupations nationales. Manière pour le « patron » du PS de « maîtriser » autant que possible les ambitions des nombreux « grands élus » tentés de faire cavalier seul. Manière également d'éviter un paradoxe : une bataille anticipée pour sa succession à la tête du PS, malgré la réserve affichée des prétendants dimanche soir.

Ségolène Royal a déjà laissé percer son intention de prendre le parti. Bertrand Delanoë entend jouer les premiers rôles. Martine Aubry est de retour. Julien Dray, Manuel Valls, Pierre Moscovici, Arnaud Montebourg sont sur les starting-blocks… Mais Hollande est toujours là. Hier, il s'est d'ailleurs décerné un large satisfecit, notamment en terme de stratégie politique pour avoir mené sa barque entre les « audacieux » et les « frileux ».

Pas de congrès anticipé donc. Il aura lieu « à la date normale », à l'automne à Toulouse. « Je ne souhaite pas qu'on engage cette bataille avant l'heure » dit-il, mais le PS « ira jusqu'au bout de la rénovation ».

Les prétendants devront patienter.

L'échec du furet MoDem

Il s'est allié à gauche par ici, il s'est rallié à droite par là, il s'est présenté tout seul ailleurs. Il court, il court le MoDem, le furet de la politique, un peu dans tous les sens, au point que les électeurs un peu lassés par une stratégie illisible ont fini par distribuer les cartons, jaune ici, rouge là… La stratégie d'indépendance de François Bayrou, qui a sensibilisé nombre d'électeurs à la présidentielle (plus de 18 %), a sombré dans l'opportunisme politiquement illisible à l'occasion des municipales. Le grand chef lui-même battu à Pau malgré des clins d'œil appuyés à droite, Marielle de Sarnez, seule rescapée du Modem à Paris après un flirt avorté avec la gauche. Et un peu partout comme à Toulouse les mauvais choix électoraux d'un MoDem sans boussole politique. François Bayrou promet de garder le cap « autonome », incriminant des « manœuvres » et même « l'instabilité de la vie politique française qui empêche la France d'avancer ». Mais la défaite est amère et le ras-le-bol s'exprime. Bayrou « sacrifie ses élus pour une chimère présidentielle », lance Thierry Cornillet, député européen. Même à Pau, les électeurs ont préféré la clarté. D.H.

Le PRG fidèle à l'union

Les radicaux de gauche ont contribué au rassemblement de la gauche et ont favorisé les reports de voix d'électeurs modérés, de citoyens attachés à la laïcité, malmenée ces derniers temps par le gouvernement Sarkozy et l'entourage du Président . Le PRG accentue sa majorité dans les trois départements qu'il gère (Hautes-Pyrénées, Tarn-et-Garonne, Haute-Corse) et renforce son implantation dans les mairies et conseils municipaux. Ses élus et candidats appellent la gauche à se rassembler dans le respect de chacun afin de préparer ensemble le projet de société et de gouvernement qui permettra l'alternance en 2012.

Une façon de mettre en garde le PS contre les tentations hégémoniques et de rappeler qu'un travail de fond est indispensable.

Le PCF s'en tire bien

Avec le PCF, tout est toujours symbolique, les victoires comme les défaites. Le PCF a repris Dieppe mais a perdu Calais. Il a gagné l'Allier mais perdu la Seine-Saint-Denis. Et ainsi de suite. Tombé au plus bas lors de la présidentielle (1,93 %), le vieux parti a cette fois résisté grâce à la bonne tenue du « communisme municipal », fortement aidé par la poussée de la gauche. Il perd des bastions mais gagne des élus et garde même Aubagne… au prix d'une alliance avec le MoDem. Mais sans doute y a-t-il des symboles qui pèsent plus que d'autres. La Seine-Saint-Denis, le fief des fiefs, est doublement tombée. Voynet a bouté Brard hors de la mairie de Montreuil et le département « historique » du PC est passé aux mains du PS.

Les Verts reverdissent

Un printemps Vert ? Ils ne pouvaient que faire mieux, sonnés après leurs échecs successifs à la présidentielle (1,57 %) et aux législatives (3,25 %, quatre élus). Les Verts confirment néanmoins au second tour leur « petite renaissance » du premier selon le mot de Cécile Duflot, secrétaire nationale. Au premier tour, Noël Mamère, emblématique Vert de gauche, avait été réélu à Bègles, banlieue populaire de Bordeaux. Au second, ils ont avalé leur chapeau à Paris (9 conseillers contre 23) mais, bénéficiant de la forte poussée à gauche ailleurs, ils disposeront de plus d'élus locaux qu'en 2001 au titre des listes de la gauche plurielle. Ils emportent en outre la ville de Montreuil avec Dominique Voynet. Cécile Duflot parle d'un « signal politique de renouvellement ». Un printemps Vert à confirmer tout de même.

Le FN en voie de disparition

Pour une fois, droite et gauche sont d'accord. L'extrême droite ? Le FN ? Plus un problème. Laminé politiquement et financièrement par la dernière élection présidentielle, le parti de Jean-Marie Le Pen a perdu la quasi-totalité de son pouvoir de nuisance, très souvent absent des scrutins municipaux et cantonaux, réduits à la figuration ici et là, à la notable exception de Jacques Bompard à Orange, facilement réélu au premier tour. Louis Aliot, à Perpignan, n'a pas réussi la percée politique espérée, dans une cité pourtant sensible naguère aux thèses du FN. Quant à Marine Le Pen, elle essuie un cuisant échec à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). Le vieux chef panse ses plaies dans sa tanière. Les troupes exsangues attendent la succession.
Lire la suite

Un grand merci Radical à Christine Dardy et à la liste "Saint Martin avec vous, continuons ensemble"

17 Mars 2008 , Rédigé par Jean-Philippe Guerini Publié dans #Municipales




undefined


Inscrits 3 590
Abstention
761
Votants 2 829
Blancs et nuls 48




Christine Dardy
Liste "Saint Martin avec vous,
Contimuons ensemble"
1 061 voix 38.15 % 19 Sièges  
Denis Sève
Liste "Demain Saint Martin"
1 020 voix 36.68 % 5 Sièges  
Martine Hontabat
Liste "Saint Martin autrement"
700 voix 25.17 % 3 Sièges  
Lire la suite

La gauche gagne les municipales, la droite entend garder le cap des réformes.

17 Mars 2008 , Rédigé par Jean-Philippe Guerini Publié dans #Municipales



undefinedLa gauche a remporté une nette victoire dimanche aux municipales et aux cantonales, premier test électoral depuis l'élection de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, mais la droite, qui reconnaît une "défaite mais pas une déroute", entend garder le cap des réformes.


La presse était unanime lundi à titrer sur le succès de la gauche. Alors que pour la Figaro "La gauche transforme l'essai du premier tour", Libération souligne, par un "Et Bling" ironique, la défaite de la droite, tandis que d'autres, comme le Parisien-Aujourd'hui en France, évoquent une "déferlante du PS".

Le président de la République avait assuré dans l'entre-deux-tours qu'il "tiendrait naturellement compte" du résultat des élections. Pour autant il ne devrait pas y avoir de remaniement gouvernemental de grande ampleur, plutôt des changements dans le style et l'équipe de l'Elysée.

Globalement la gauche l'emporte par 49% des suffrages contre 47,5% à la droite aux municipales. Sa victoire est encore plus nette aux cantonales (51,1% contre 44,4% à la droite). Le scrutin a toutefois été marqué par une abstention plus forte qu'au 1er tour : 38% dans les communes de plus de 3.500 habitants, un record depuis 1959.

Le PS s'est refait une santé électorale en ravissant à la droite une bonne trentaine de villes de plus de 30.000 habitants, même si Marseille a échappé à cette vague rose.

Il a conquis des villes comme Toulouse et Strasbourg, mais aussi Périgueux où il a battu le ministre de l'Education Xavier Darcos. A Paris, Bertrand Delanoë a remporté une plus large victoire qu'en 2001, mais n'a pas gagné de nouvel arrondissement.

Le PCF en revanche ne confirme pas son bon premier tour: il perd plusieurs bastions, comme Calais, Montreuil, Aubervilliers et le département de Seine-Saint-Denis. Chez les Verts, l'ancienne ministre Dominique Voynet a réussi son pari de détrôner Jean-Pierre Brard (app-PCF) à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

Même si elle a sauvé la cité phocéenne, l'UMP a essuyé un sérieux revers "payant le prix de ses divisions", comme l'a reconnu le ministre du Travail Xavier Bertrand. A Metz par exemple la guerre des investitures UMP lui été fatale, permettant la victoire de la gauche, du jamais vu depuis 1848.

Quant au MoDem, il sort en piteux état de ce scrutin : sa stratégie d'autonomie ou d'alliances au coup par coup avec la droite ou la gauche a échoué et François Bayrou, battu à Pau, en a lui-même fait les frais.

Le FN, qui a échoué à Henin-Beaumont (Pas-de-Calais) où sa vice-présidente Marine le Pen se présentait, confirme sa marginalisation électorale.

Malgré cette défaite, qui pour François Fillon n'est qu'un "simple rééquilibrage" sept ans après la déroute de la gauche aux municipales de 2001, le gouvernement n'entend pas changer le cap des réformes. Il serait "malvenu de tirer de ce scrutin des leçons nationales", a estimé le Premier ministre jugeant que "la bataille pour l'emploi et le pouvoir d'achat doit s'accentuer".

Le secrétaire général adjoint de l'UMP, Dominique Paillé, a décliné lundi matin sur I-télé le credo du parti majoritaire: "c'est une défaite mais pas une déroute".

A l'UMP, la défaite risque de laisser des traces. Même si Nicolas Sarkozy lui a "renouvelé sa confiance", son secrétaire général Patrick Devedjian a été sérieusement critiqué au sein du parti pour sa conduite de la campagne.

Quant au PS, la victoire pourrait précipiter la course à la succession de François Hollande. Même si elle n'a pas réaffirmé explicitement ses ambitions pour la direction du parti, Ségolène Royal a annoncé dès dimanche soir qu'elle voulait, "avec d'autres", "présenter aux Français un projet crédible, solide, cohérent".

Dans les Landes, le Parti Radical de Gauche double ses élus locaux au sein des listes d'union de la Gauche. A Saint Martin de Seignanx, malgré la liste socialiste dissidente de Martine Hontabat, Christine Dardy, Maire PRG sortante conserve la Mairie. Avec plus de 11 % aux Cantonales, celle-ci s'impose comme une figure locale incontournable.

A Dax, la liste PS PRG PC conduite par Gabriel Bellocq l'emporte avec plus de 56 % face à l'UMP Jacques Forté

A Mont de Marsan, la victoire de l'UMP Modem face à la liste PS, PRG, PC fait rentrer les Radicaux de Gauche dans l'opposition municipale. Une réunion est prévue mardi soir afin de définir la composition de la liste des Conseillers municipaux d'opposition, constituée de huit sièges.
Lire la suite

Communiqué de la fédération des Landes du Parti Socialiste

13 Mars 2008 , Rédigé par Jean-Philippe Guerini Publié dans #Municipales

undefined
undefined



undefinedComme au premier tour, le Parti Socialiste réaffirme son soutien à la liste présentée par Christine DARDY, maire sortante de Saint Martin de Seignanx. Elle est arrivée en tête du premier tour dimanche 9 Mars, il convient maintenant d’amplifier ce vote en rassemblant l’ensemble des électrices et des électeurs sur la seule liste de gauche unie.


Dimanche 16 Mars il s’agit pour la gauche d’amplifier le message du premier tour au Président de la République, qui visiblement ne l’a pas entendu, il s’agit de voter contre la TVA sociale, la hausse programmée de la CSG et du CRDS, le blocage des salaires, la baisse du pouvoir d’achat des retraités, les franchises médicales santé, les cadeaux fiscaux aux plus riches, mais aussi de voter pour le logement social, le transport collectif, l’école gratuite, l’environnement, l’action sociale dans les municipalités, pour défendre la laïcité, les services publics et défendre notre République menacée par la droite.


Par ailleurs, la fédération des Landes du Parti Socialiste tient également à souligner le respect des accords de désistements républicains aux cantonales et  tient à signaler l’appel à voter sans équivoque de Christine DARDY en faveur de Lionel CAUSSE candidat du Parti Socialiste.

 

Amitiés socialistes
Renaud Lagrave
Premier fédéral des Landes du Parti Socialiste

Lire la suite

Belle poussée de la gauche

12 Mars 2008 , Rédigé par Jean-Philippe Guerini Publié dans #Municipales


undefined

undefinedLa gauche arrive en tête du premier tour des élections municipales et cantonales du dimanche 9 mars.


Selon une totalisation du ministère de l'Intérieur portant sur 26 millions d'inscrits, les listes de gauche et des Verts obtiennent plus de 47% des voix contre 45% à celles de la droite aux élections municipales. Aux élections cantonales, la gauche l’emporte plus largement avec 48% contre 41% à la droite.

Jean-Michel Baylet, président du PRG, a réagi à ses résultats : « La forte participation au 1er tour de ces élections marque la défiance des Français à l’égard du Président de la République et un désaveu de sa politique des paillettes, moins d’un an après son élection.

En confiant à la gauche la gestion des départements et de la plupart des grandes villes, les électeurs manifestent leur confiance envers des élus proches d’eux, vraiment à l’écoute de leurs attentes et soucieux de leur donner satisfaction. Il faut maintenant confirmer cette tendance au second tour pour que cet avertissement soit entendu et compris par le chef de l’Etat. La Gauche est porteuse de l’espoir des Français : elle ne doit pas faire d’erreurs et aborder ce second tour unie. »

Le débat en vue du second tour a démarré dès dimanche soir, la gauche reprochant au gouvernement de ne pas écouter le message des Français.

Dans de nombreuses grandes villes, la gauche aborde avec confiance le week-end prochain, quand elle ne l’a pas emporté au premier tour, comme à Lyon ou à Nantes. A noter aussi le basculement à gauche des villes de Rouen, Laval, Alençon, Bourg-en-Bresse, Annonay et Rodez ont basculé à gauche.


undefined
Lire la suite

Avec Philippe Labeyrie, une équipe enthousiaste et passionnée.

7 Mars 2008 , Rédigé par Jean-Philippe Guerini Publié dans #Municipales

Mont de Marsan
Ville d’avenir

500 personnes
au Théâtre Municipal
pour la dernière réunion publique.

  undefined
undefined
undefined

undefinedChère Madame, Chère Mademoiselle, Cher Monsieur,
 
Pourquoi suis-je à nouveau candidat ?
 
J’ai pour notre ville une vraie passion, un attachement viscéral et je sais que je peux faire encore beaucoup pour elle.

Je me représente avec une équipe renouvelée, rajeunie dont la moyenne d’âge est de 47 ans. Elle est composée de femmes et d’hommes d’expérience qui ont l’habitude de travailler en équipe, qui ont une connaissance profonde de la ville, de ses habitants mais elle s’est ouverte aussi à des jeunes plein de talent, d’intelligence, d’enthousiasme, porteurs d’idées neuves et de modernité.

Une équipe expérimentée et compétente, motivée pour assurer l’avenir de Mont-de-Marsan.
 
Notre bilan vous le connaissez, il est parlant, nous avons fait nos preuves et tenu pratiquement tous nos engagements. Bien sûr, tout n’a pas été parfait, nous en sommes conscients mais nous avons toujours essayé de faire le maximum.
 
Notre programme, nous le préparons depuis plusieurs années. Réaliste, sérieux, financièrement compatible avec nos moyens, il changera complètement la physionomie de notre ville.
Il n’est pas un catalogue d’incantations « il faut, il faut, il faut… » mais au contraire un programme conçu pour améliorer la vie des Montois, avec en particulier, le réaménagement du centre-ville, la construction de la Médiathèque, la création du nouveau quartier Pémégnan, la rénovation de tout le quartier nord, l’aménagement très novateur du pôle économique et touristique lié à la géothermie…
 
Les finances de la ville, particulièrement décriées, sont parfaitement saines avec un endettement des plus raisonnables, comme le confirme le Crédit Local de France. Elles nous permettent pour les années à venir d’investir 7 millions d’euros par an et donc de réaliser un volume de travaux très important.
 
Dire qu’on ne la toucherait pas à la fiscalité serait démagogique et malhonnête, sauf bien entendu si on a l’intention de ne rien faire, et encore… Par contre, si j’y suis obligé, je prends l’engagement de ne jamais l’augmenter au-delà de l’inflation.
 
Oui, je suis tête de liste d’une équipe de gauche, pour une ville plus fraternelle et plus solidaire. Dans le monde, et nous le voyons malheureusement tous les jours à la télévision, des millions de personnes vivent dans la misère, souffrent de manque de nourriture, de logement. Et ici chez nous, à Mont-de-Marsan, nous ne serions pas capables d’aider nos voisins les plus démunis !
 
Oui, je suis tête de liste d’une équipe de gauche qui défend les services publics et les régies. C’est à mon sens d’autant plus nécessaire quand on voit aujourd’hui le pouvoir d’achat qui s’effrite, l’augmentation des produits de première nécessité, l’inflation annoncée de près de 3%, la stagnation des salaires des fonctionnaires, la baisse des retraites, la suppression des postes dans la fonction publique, etc, etc…
 
Oui, je suis un homme de gauche qui contrairement à d’autres, ne cache pas sa couleur politique et, quitte à me répéter, d’une gauche plus fraternelle, plus solidaire, excluant comme je l’ai toujours fait tout ostracisme et tout sectarisme.
Elu, je serai comme je l’ai toujours été, le Maire de tous les Montois et je continuerai à être à votre disposition et à votre écoute.
 
Mont-de-Marsan a vu sa population augmenter de 8 % en 8 ans. N’est-ce pas le signe d’une ville dynamique, d’une ville qui bouge, où il fait bon vivre ? Les gens se plaisent bien ici, trouvent un cadre de vie agréable, des activités dans tous les domaines grâce notamment à un monde associatif particulièrement vivant et riche.
Nous devons bien sûr continuer à améliorer notre vie de tous les jours et rendre notre ville encore plus attractive. Mais il nous faut aussi préparer l’avenir de nos enfants et petits-enfants en termes d’emploi, de logement, de cadre de vie, d’environnement, car il est de notre devoir de leur laisser un héritage dont nous pourrons être fiers.
 
C’est avec passion et enthousiasme que nous continuerons à travailler, travailler encore, travailler toujours pour, avec vous, faire de Mont-de-Marsan une Ville d’Avenir en mettant l’Homme au centre de tous les projets.
Lire la suite

Mont de Marsan, ville d'avenir - Dernière réunion publique

6 Mars 2008 , Rédigé par Jean-Philippe Guerini Publié dans #Municipales


undefined

undefined
La dernière réunion publique de Philippe LABEYRIE aura lieu 


JEUDI 6 MARS
à 19h00

au Théâtre municipal.
Lire la suite

Réunion publique "Mont de Marsan, ville d'avenir"

5 Mars 2008 , Rédigé par Jean-Philippe Guerini Publié dans #Municipales

undefined



La prochaine réunion publique de Philippe LABEYRIE aura lieu 

MERCREDI 5 MARS
à 19h00


au Château de Nahuques.


undefined
Lire la suite
1 2 > >>