Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Fédération des Landes du Parti Radical de Gauche

Les nouvelles politiques Italiennes




L' IMMIGRATION ROUMAINE
(tire de l'Espresso)

la mort de Giovanna Reggiani( femme d'un haut responsable de l'amirauté) tuée et violée par un roumain,a produit un tsunami qui sera difficile de calmer.

Nous avons vu se lever une gigantesque onde qui nous a montré,avant tout, la fragilité italienne, la faiblesse désormais dramatique de notre structure politique,  institutionnelle et civile. Cet homicide nous a obligé à nous regarder,car nous ne l'avions jamais fait avant et le visage du pays que nous voyons fait peur.

Pour commencer,il apparait que l'Italie est un pays sans loi,où l'on peut commettre n'importe quel délit et ne jamais payer.Pier Ferdinand Casini explique "l'Italie est désormais le réceptacle de la criminalité européenne,Les Forces de l'Ordre sont faibles et manquent de moyen.Ils devraient faire une chasse aux clandestins mais tous conjurent pour empecher cela..(...)mais où est écrit que nous devons accueillir tout le monde, ainsi que les délinquants qui viennent nous piller?(...)Il arrive une nouvelle société qui se laisse pénétrer par ceux qui veulent la détruire. Puis c'est l'inertie du système politique(....)nous avons laissé seuls les maires des grandes villes italiennes, le principal responsable d'une immigration sans limite(...)le maire de Bologne est exemplaire pour avoir pris des mesures de protection pour sa propre ville.

La gauche radicale a qualifié le maire de "sheriff", un parfait conservateur".Le maire de Rome, Walter Veltroni n'a pas eu les même problèmes que le maire de Bologne, mais le tsunami a miné son image. Je veux dire avec sincérité comme ceux qui regarde avec respect "SuperWalter"il s'est brisé un charme  que beaucoup de médias ont alimenté(...)La télé, le médias préféré de Veltroni affiche aujourd'hui une Rome dévasté par l'immigration clandestine.(...)C'est grotesque que la gauche pointe du doigt la xénophobie,le journal Rifondazione Communista proclame dans ses titres "Alerte nous sommes racistes!"mais ce sont des sujets qui ne touchent plus,cela est corroboré par un sondage de la repubblica : 90% des lecteurs soutiennent que la criminalité en arrivage de l'est doit être empêché avec des mesures "extraordinaires".

Ce délit fait à Rome a changé en profondeur la topographie du consensus politique.

GIAN PAOLO PANSA

Fini(député de Alleanza Nazionale (droite))suit le president français en tout et pour tout et en particulier sur la question de la sécurité.Angelo Mellone explique "Ce n'est pas un retour à la vieille identité,le modèle Sarkozy est un exemple de modernisation qui sait lire les codes de la société".

Le député Fini veut renforcer la droite car elle a fait un pas en arriere.La prochaine étape sont les 40ans de mai 68, une occasion pour ouvrir une bataille contre la gauche, comme l'enseigne le code Sarkozy

MARCO DAMILONO

Il Riformista (gauche)
La visite de Sarkozy a Washington est un exemple significatif.La phase de l'opposition entre Vieux et Nouveau Monde, la phase de la velléitaire ambition Chiraquienne de guider une politique européenne agressivement autonome se ferme avec les clameurs des applaudissements que le congrès américain a donné avec générosité au nouveau président français.
Sarkozy,(qui pourtant juge juste la décision de la France de ne pas participer à la guerre en Iraq)a rétablit le rapport de confiance et d'affinité entre les deux pays(...)

Il a dit avec clarté une simple vérité : "Les États Unis ont un rôle irremplaçable dans la communauté des pays occidentaux et démocratiques(...)

Il a aussi montré par sa présence et ses affirmations que l'Europe peut avoir un rôle important et autonome si on ne confond pas l'autonomie et l'anti américanisme.
La victoire ne regarde pas seulement la France ni seulement les rapports entre la France et les États Unis.

Cela regarde l'Europe dans son complexe et regarde aussi la gauche européenne.Pensons au rejet du traité constitutionnel du référendum français,l'argument principal de la campagne pour le "non" était que le traité était trop "américain" c'est a dire un modèle avec moins d'assistance sociale et un peu plus compétitif.Sur la base de de cet artiche le PS, malgré les diverses positions voterent "non".

Et cela aussi fut un mouvement symbolique:la constitution européenne est rejeté par la gauche au nom de l'antiaméricanisme.
Que devons nous retenir de cette histoire?Avnt tout que l'antiamericanisme est en meme temps antieuropéen , comme l'a bien compris Sarkozy.

La gauche, pas seulement française, n'a pas d'idée progressiste de la société et des changements qui sont aujourd'hui nécessaires pour introduire dans le Vieux Continent un modèle social européen.

La Gauche française et avec elle la Gauche italienne n'ont rien trouvé de mieux a faire que de s'accorder avec Chirac dans sa rupture avec les Etats Unis,il ne vient alors aucune politique alternative ni une déclaration differente de celle idéologique et nationaliste qu'exprime le president français.
Aujourd'hui c'est un nouvel homme de la tradition gaulliste (meme s'il est difficile de le définir tout court de droite)de garder les changements de perspectives. Et la Gauche qu'a t'elle a dire,sinon observer avec satisfaction que la guerre en Iraq a été un échec,et proposer un role autonome européen qui consisterait essentiellement dans l'élaborationde stratégies d'appaisement avec les pays islamistes et meme avc des mouvements d'extreme droite ?

Ce sont des évènements comme cela qui mettent en évidence dans tout son pouvoir dramatique la crise politique et culturelle d'une grande partie de la Gauche en Europe. Les PS européens  sont en crise culturelle comme le New Labour,profondemment transformés et loin de la matrice du 20eme siecle, le Parti Démocratique se réfère à un modèle de socialisme européen qui n'est pas tres convaincant aujourd'hui.

IL Secolo (journal d'Aleanza Nazionale (droite))
Marina Valencise, su sujet de Sarkozy,une leçon française " la visite triomphale aux Etats Unis est la démonstration que Sarkozy dit ce qu'il fait et fait ce q'il dit (hélas!)la double rupture avec les éléphants du PS et celle avec les Gaullistes est accomplie".Si ce n'est pas un triomphe comme l'a dit il Foglio c'est surement un grand succès diplomatique et des valeurs de la liberté.

Partager cette page

Repost 0